La rentrée des pivoines

Et….septembre ! et les éternelles photos de rentrée…
Septembre, c’est le mois des anniversaires de mes deux nièces chouchoutes.

Cette année, j’avais envie de leur faire un vêtement cousu (plus rapide que tricoté bien sûr) et j’ai orienté mes recherches sur un haut sympa, pour utiliser des petits coupons en stock.

J’ai rapidement jeté mon dévolu sur le top PEONY de la marque Ikatee Couture. Un top moderne, mais « so girly » grâce à son petit noeud. Le patron propose différentes versions (sans manches, manches courtes, manches longues, avec noeud, sans noeud, etc.)

J’ai donc investi 9,99 euros et découvert l’univers d’Ikatee. En s’inscrivant à son infolettre, on reçoit un patron gratuit, c’est déjà :
– très chic de sa part
– une bonne approche pour voir si on aime l’univers et la façon dont les patrons sont faits.

Quelle joie de constater au téléchargement des PDFs qu’il existe un fichier par taille (merci d’avoir pensé aux myopes fatiguées en fin de journée) et qu’il existe des tailles intermédiaires, c’est-à-dire qu’il va du 3 au 12 ans et propose chacune des grandeurs : 3, 4, 5, 6 etc….  D’habitude on a l’impression que les impairs sont bannis des patrons.

Transformateur électrique et machines canadiennes enfin installés, je peux donc m’y mettre mi-août. Là je me plante considérablement en pensant que ma filleule va avoir 8 ans…en vrai c’est 7 😛 Mais comme elle est grande, ça devrait passer 🙂

D’abord, les joies de la couture en été, c’est de couper son tissu dans le jardin ! (j’y ai pris goût et même ces jours, je le fais…c’est un petit plaisir devenu grand) – J’ai choisi un coton acheté chez Mondial Tissus l’été précédent : un imprimé étoiles fuchsia sur fond beige.

Les premières étapes sont les plus fastidieuses si l’on peut dire, car il faut faire des roulottés à la surjeteuse. J’ai choisi pour Jeanne la version manches longues avec noeud au centre devant. Version non doublée. Parce que je voulais faire vite.

Dans sa multitude de propositions, le patron est malgré tout très clair. En fonction de l’option choisie, je ne me suis jamais sentie perdue dans un flot d’informations inutiles… C’est plutôt positif et intuitif.

Une fois l’épreuve des roulottés passée, le tout s’enchaîne très vite.

Bride et bouton à l’arrière

La seule chose qui me rend perplexe est l’ourlet du bas. Je comprends bien que la meilleure option est la doublure. Mais sans doublure, le patron indique à la toute fin un ourlet de 1 cm à faire, en bas : quid alors du noeud et du roulotté ? C’est un mystère pour moi.

Je me casse la tête avec cela et vois bien que les versions proposées en ligne, assez peu nombreuses pour le moment, ont un roulotté apparent et donc pas d’ourlet… Bref c’est ambigu et laisse une débutante-intermédiaire comme moi un peu sur le carreau…

Aussitôt reçue dans une enveloppe de 2 cm sur 2, la voici portée par notre mannequin qui n’a pas peur des plis !

Elle l’adore et la taille est idéale.
Sa grande soeur voulant lui piquer un jour sur 2, je me suis donc lancée dans une deuxième version, dans un coupon jersey tricoté cette fois.

La grande Louise fête ses 9 ans et j’ai choisi le noeud sur le côté, et l’insertion de la poche sur la poitrine, pour un look plus collège (tout ça c’est dans ma tête, on est d’accord)

Donc j’avais un superbe coupon origami beige et noir, dégoté à une vente d’atelier Annie 50. Le tissu est imprimé au Québec, un joli souvenir, mais le coupon était très petit.

C’est parti, à grand coups de surjeteuse cette fois, youpi !

La popoche

L’histoire du petit coeur pailleté sur la poche : j’ai acheté un legging chez H&M très très très très soldé, pour mon petit garçon. Un pantalon gris tout doux avec un petit coeur sur le devant, que j’ai décousu et cousu sur la poche de cette Peony 🙂
Une anecdote qui plaît beaucoup à Louise depuis que je lui ai racontée !

Résultat final

Donc j’ai oublié de préciser que la grande fêtant ses 9 ans, j’ai été un peu fainéante barbare et ai repris le patron en taille 8 ans et ajouté 1 cm partout (et 3 en bas, je crois, car elle est taillée mannequin) – ce qu’il ne faut pas faire quand on est consciencieuse 😉

J’ai pu lui offrir en vrai et elle l’a beaucoup aimé. Elle l’a porté le jour suivant et les copines de classe en raffolent.

Voyez comme la demoiselle a saisi le style du vêtement

A refaire sans hésiter, mais la prochaine fois, avec doublure.
C’est un chouette patron, comme le reste de la gamme que la créatrice propose.
Niveau marketing, elle est au point, j’ai reçu au moins 5 courriels après mon achat, me demandant des nouvelles, si j’avais bien téléchargé mon patron, si j’avais cousu la bête….
J’ai envoyé un retour, mais pas de réponse depuis…

Patron : Peony
Marque : Ikatee
Taille : 8 ans et 8 ans + 1 cm tout autour
Tissus : coton beige à étoiles fuchsia (Mondial Tissus)
Jersey tricoté origami (Annie50)

Lecteurs assidus de ce blog, on n’en a pas fini avec les coupons origamis, je vous le dis !
A très vite !

Publicités
Publié dans Couture, L'Art et la Manière, Made in..., Mix | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Aster – mon premier test tricot !

Aujourd’hui sort le modèle Aster, créé par Marie-Amélie Designs.
Depuis qu’elle a créé sa marque de patrons de tricot, je craque sur tous ses modèles, le temps manque malheureusement pour tous les faire, mais ils s’ajoutent petit à petit à la liste des projets que j’aimerais tricoter un jour…

Je l’avais contactée en mentionnant que j’aimerais participer à un test : il s’agit de tricoter un patron en avant-première et de faire ses retours auprès de la créatrice : identifier les erreurs, faire des suggestions, apporter un retour constructif sur le patron.

Elle m’a donc proposé de tester Aster, un cache-coeur évidemment très beau, avec des détails soignés et une proposition originale pour une pièce de garde-robe qui ne date pas d’hier !

D’abord, il faut souligner que le cache-coeur reste une forme originale pour un vêtement tricoté main : certes on peut en faire pour la layette (c’était d’ailleurs mon tout premier projet tricot), mais les créatrices se cantonnent facilement aux pull-over ou cardigans, mais n’explorent pas systématiquement d’autres voies. Il faut donc reconnaître ici l’originalité de la proposition.

Ce test est arrivé sur ma liste de projets au moment de mon déménagement : j’avais donc prévu de le faire dans un fil Hedgehog Fibers bleu électrique, que j’avais précieusement préparé dans notre envoi aérien intercontinental. Lorsque j’ai reçu le patron, je me suis dit qu’il serait plus judicieux de commencer au plus vite, le délai étant serré (selon moi et dans ce moment précis de l’année, qui ne manquait pas d’aventure!)

Toute ma laine étant dans le container (pauvre moi!), j’ai donc visité une dernière fois La Maison tricotée avant le grand départ et ai jeté mon dévolu sur 4 magnifiques écheveaux de Leizu Fingering, teints à la main par Julie Asselin. Coloris Jardin des Tuileries. Rien que ça. Un rose pâle, légèrement grisé. Avec des touches tellement subtiles de bleu et de fuchsia. Indescriptible mais tellement beau !

Nous sommes donc devant une pièce classique (le cache-coeur de petite fille bien sage qui sort de son cours de danse) et des tonalités florales, romantiques et douces. Let’s go !

La mauvaise nouvelle est que mon échantillon est correct en aiguilles 3 mm et non 3,5 mm… Résultat, ça va être long !

Le cardigan se monte d’abord par l’encolure, d’un côté puis de l’autre, des rangs raccourcis forment les épaules et s’ensuivent les augmentations pour former les pans du cache-coeur. Montage provisoire au crochet, rangs raccourcis, dentelle…on ne s’ennuie pas !

Le début est donc assez fastidieux et technique, mais c’est très agréable de voir une construction très travaillée qui s’adapte bien au corps.

Réfugiée chez mes beaux-parents, j’ai pu avancer à un bon rythme car le fiston n’a pas ignoré le mot « sieste » pendant ses 3 semaines de séjour en France !

Comme d’autres testeuses avaient commencé avant moi, j’ai bénéficié du fait que les premières erreurs étaient déjà identifiées sur le fil de discussion Ravelry.

Une fois la construction du haut du gilet faite, ça roule tout seul pour du jersey et juste ce qu’il faut de dentelle. Je l’ai finalement apprise par coeur pour être tranquille, car c’est la valse des côtes torses par-ci par-là 🙂

Le corps du gilet se termine par un lien….interminable ! On tricote une bonne longueur de câble (en côtes torses et en 2,5 mm pour ma part…), on le raccorde ensuite maille par maille au gilet, puis on tricote une seconde partie pour pouvoir nouer l’ensemble.
C’est très très beau et bien conçu, j’adore…après coup 🙂

Les manches se font par contre très rapidement, malgré le retour de mes rangs raccourcis favoris… Il faut dire qu’avec la méthode des German Short Rows, je peste un peu moins…

Au bout d’un petit mois et demi, voici le résultat :

 

Je n’ai pas vraiment alterné les écheveaux (sur 6 ou 8 rangs maximum). Ce n’est pas la première fois que je tricote les laines de la star du Québec et je sais que je ne suis jamais déçue.
D’ailleurs, j’ai porté mon gilet plusieurs fois et rien à signaler, la laine a une belle tenue. Les pans ont tendance à se détendre un peu, mais franchement, c’est le lot de tout cache-coeur en mouvement dans une journée.

Bref, si vous aimez le style et êtes sûres de le porter, foncez ! C’est une pièce qui se démarque des autres tricots et peut avoir une belle durée de vie dans votre garde-robe.

Modèle : Aster, de Marie-Amélie Designs
Taille : 90 cm
Fil : Leizu fingering de Julie Asselin
Coloris : Jardin des Tuileries
Aiguilles : 2,5 et 3 mm
Métrage utilisé : 1141 mètres
Modifications : j’ai fait une longueur de corps un peu moins importante que sur le modèle initial, car je suis bien plus petite 🙂 – J’ai aussi ajouté 4 mailles pour chaque manche (pour avoir un relevé propre) et quelques rangs pour que cela arrive au poignet.
Pour le reste, j’ai été bonne élève, puisque c’était un test.

Publié dans Couture, L'Art et la Manière, Made in..., Méli-Mélo..., Mix, Tricot | Tagué , , , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Colorblock d’automne

Le titre de mon article montre bien la schizophrénie ambiante dans mon cerveau quant à savoir parler 2 langues en même temps ! Ah les changements de pays…

Suite de mon été : (presque) installée en Angleterre et après deux longs projets tricotés en fil assez fin et en taille adulte, j’ai voulu optimiser mon humeur de « fille qui fabrique des trucs avec ses mains » RA-PI-DE-MENT et ai monté un pull taille enfant (2-4 ans ici) pour mon quasi-21 mois.

J’arrive au bout des valises entières de vêtements prêtés/offerts par des amis ou collègues et il faut bien se faire une raison, le petit monstre ne cesse de grandir. Pour éviter les accidents de carte de crédit trop fréquents, j’essaie donc de prendre les choses en main question pull et gilets- Pour le reste, même si coudre des leggings et t-shirts semble vraiment rapide, j’ai remarqué que je faisais trop rapidement et accordais peu de soin à mes réalisations couture lorsque c’est pour mon fiston ; cela finit donc toujours avec un léger goût amer de statut de « brouillon », même si cela peut se porter au quotidien…

Pour cet automne, et fêter dignement le fait d’avoir eu un petit pot de colle avec moi tout l’été, prolongé d’une varicelle (soi-disant…) sortie de nulle part, j’ai donc mis sur les aiguilles le pull FLAX. Pas très original, c’est le modèle gratuit accessible à tout débutant en tricot circulaire.
Je l’ai déjà réalisé deux fois : une fois l’hiver dernier dans un fil mérinos noir pour mon fiston. Le fil étant très retordu, j’étais déçue par l’aspect final du pull, très rond et lisse.
La seconde fois, c’était la version « Light » du patron, dans un coton assez fin pour mon neveu.

Cette fois, j’ai voulu un rendu final plus hivernal (tant qu’à y être…). J’ai donc opté pour une demi-taille d’aiguille plus petite, afin d’avoir un tissu resserré et dense.

Lors d’une virée à La Lainerie Lépine entre fofolles de laine, j’avais acheté 4 pelotes du fil CHARLY de Phildar, 100 % acrylique (oh drame). C’était bon marché et les couleurs étaient très jolies, j’ai succombé. Avec mes 2 pelotes coloris Flanelle et une pelote Cuir, j’ai donc réalisé cette version.

Je n’ai pas réalisé la bande de fantaisie sur le dessus des bras car je trouvais que l’aspect bicolore du chandail se suffisait à lui-même (la philosophie des pulls, ça existe, oui oui)

Ouvre-t-on le débat sur l’acrylique ? Non ! Je réponds au principal cliché qui est de dire que c’est juste désagréable à tricoter, mais tellement pratique pour les petits garçons qui ont un goût perpétuel pour l’aventure (qui se roulent dans l’herbe quoi…)

J’en avais déjà tricoté et cela ne m’avait jamais dérangé. Ici, c’est le fait de sortir de tricots avec fils luxueux et teintés à la main qui m’a fait remarquer la différence et combien c’était collant et à saveur de plastique… Disons qu’une fois de temps en temps, ça passe 😉

Je vous laisse admirer la merveille et reviendrai les prochaines fois pour plus de challenge, c’est promis 🙂

Il est encore un peu grand pour le bonhomme, mais c’est du 2-4 ans.
Il me reste un peu de fil pour un bonnet bicolore….à suivre !

Modèle gratuit : pull Flax (télécharger ici) – Pas de différence entre le dos et le devant
Taille : 2-4 ans
Aiguilles : 4 et 4,5 mm
Fil utilisé : qualité Charly de Phildar, coloris Flanelle (gris), environ 160 m et Cuir (caramel), environ 89 m

Publié dans L'Art et la Manière, Made in..., Mix, Tricot | Tagué , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Mon beau chandail !

La (très) belle saison est terminée et laisse place aux douces journées d’automne et à nos envies d’être encore dehors, dans la nature, à admirer la lumière, mais aussi savoir retourner au chaud, dans nos salons cosy, autour d’une tasse avec n’importe quoi de chaud dedans.

C’est le temps béni de la tricoteuse qui peut remettre son mérino sur le dos en guise de veste ou de manteau mi-saison.

Pour ma part, l’été a été marqué par un déménagement qui m’a fait dire « bye » à presque cinq merveilleuses années passées au Québec pour une nouvelle vie en Angleterre. C’est donc un été de transition, pendant lequel je voulais tricoter un projet marquant, qui serait lié à ce changement.

Dans mon placard de laine (celui qui porte le numéro 1), trônait ce merveilleux fil bleu, acheté à Rhinebeck en octobre dernier avec PerrinPimpim  : en bonnes stratèges que nous sommes, nous avions pris 3 immenses écheveaux à se partager pour pouvoir chacune se tricoter un chandail.

Séance de bobinage mémorable !

Le hasard du calendrier aura voulu que nous tricotions en même temps ce joli fil bleu et c’était agréable de pouvoir échanger sur sa qualité et de comparer nos jersey (sa version à venir tout bientôt !)

Bizarrement, le bleu marin est ma couleur préférée (combat permanent avec le rose et les tons plus naturels), mais je n’en tricote pas beaucoup et en ai peu en stock. Pour faire honneur à ce beau fil, un mérino superwash, teint par Tess designer yarns, une entreprise du Maine (Etats-Unis), j’ai choisi un modèle qui me plaisait depuis longtemps ! Un joli pull uni sur le corps avec un motif sur les épaules et l’encolure : branches and buds, créé par Carrie Bostick Hoge (c’est une star hollywoodienne dans le monde de la maille)

J’aime beaucoup les tons naturels choisis et ce motif de branche (mais aussi de flèches), moins les bourgeons colorés répartis ça et là. Je crains toujours l’effet « tâche » des mini touches de couleur lorsqu’on regarde un projet avec un peu plus de recul.

J’ai donc décidé de marier à ce beau bleu un rose trés pastel, grisé avec un aspect quelque peu rustique. Moi qui voulais tricoter ce pull en voyage, je n’ai pas résisté et l’ai commencé deux semaines avant mon départ.

Lors du Camp Ballet Hop! , deux jours de retraite (I mean, sans enfant !) pour courir, prendre des cours de ballet, tricoter et manger des trucs sains et bons (surtout qui tombent tout cuits dans l’assiette!), un vrai bonheur. J’ai donc eu le temps d’y réaliser toute la partie jacquard. Ce n’était pas mon premier, donc j’ai veillé à garder une tension souple et correcte. Avec deux couleurs et des suites de une, deux ou trois mailles maximum, ce n’est même pas compliqué de penser à faire suivre les fils. Ce modèle est vraiment idéal pour les personnes qui veulent essayer le jacquard, sans s’emmêler dans 5 fils de couleurs différentes et des diagrammes à n’en plus finir.

Le patron est très limpide et donne toutes les informations nécessaires.
C’est ainsi au cours de l’été que j’ai pu finir le corps et les manches. J’adore la bande de point mousse qui texture l’entrée dans la partie en côtes. Voici quelques photos du résultat :

J’ai réalisé la plus petite taille, ce qui n’est pas rassurant au début de tricot, car si je peux bien affirmer être petite, je peux également dire que je ne suis pas une brindille ! C’est donc un 34″ de tour de poitrine et il me va parfaitement.

Le blocage n’a pas décoloré la laine et le fil a très peu bougé. J’aime vraiment sa rondeur et ses nuances assez subtiles. J’ai envie d’en réaliser d’autres dans des coloris différents, mais la liste de nouveaux modèles à tricoter ne fait que s’allonger !

Et oui, je pense l’emmener à Rhinebeck cette année… à suivre… (« t’es crazy d’même ! », me dirait un Québécois)

Modèle et achat du patron : Branches and buds pullover
Fils utilisés :
Superwash Merino Light de Tess Yarns (912 mètres), coloris Bleu Marin
Lang Greina, coloris Pink 2949 (75 mètres)
Aiguilles : 3,75 mm et 3,5
Aucune modification, si ce n’est l’impasse sur les petits bourgeons colorés, à broder à la fin.

Publié dans Couture, L'Art et la Manière, Made in..., Mix, Tricot | Tagué , , , , , , , , , , , , | 6 commentaires

Hors-Saison

Cette semaine, je suis en vacances dans le sud de la France : il fait beau, il fait presque chaud, mais les aiguilles à tricoter ne chôment pas.

Pour me rafraichir les idées, je viens vous présenter un modèle de bonnet réalisé au mois de mars, en plein hiver québécois 🙂

Pour une ancienne collègue, jalouse du bonnet fait pour Elodie, j’ai réalisé le modèle Constellate, de Hunter Hammersen.

Sorti en janvier 2017, j’avais repéré ce patron pour son caractère délicat et son joli point fantaisie. Egalement présenté en vieux rose, il possède une touche rétro-romantique.

C’est finalement Cécile du podcast Que font mes mains? qui m’a convaincue d’acheter le patron et de me lancer. En effet, le patron est assez succinct : pour choisir ton fil et le diamètre de tes aiguilles, débrouille-toi… Hum…

Une fois réglé ce petit détail de départ, il suffit de répéter quatre rangs du même motif après avoir fait une bordure plus ou moins longue (on l’aura compris, c’est la tricoteuse qui décide avec ce modèle)

J’ai donc acheté une laine spécialement pour ce projet (assez rare pour être souligné) – A la Lainerie Lépine de Montréal, j’ai choisi deux pelotes de BabyAlpaca Silk de Drops : un mélange d’alpaca et de soie pour ce fil bien retordu, à l’aspect très doux et brillant.

J’aime aussi beaucoup cette couleur vieux rose-gris, numéro 1760 pour les intimes de Drops 🙂

Pour la taille, j’ai monté 112 mailles et advienne que pourra…
Finalement, il va bien à sa destinataire, qui aime le joli revers du bonnet.

Je lui ai offert un jour de canicule, mais pour la photo elle a bien voulu souffrir un peu

A retenir : joli modèle, mais le patron ne nous guide pas de A à Z – Il faut avoir un autre modèle de référence de bonnet pour choisir sa taille, son fil et ses aiguilles. Pour le reste, il s’agit d’un point qui se retient facilement et se réalise rapidement dans une chouette chorégraphie des aiguilles.

Personnellement, je le trouve plus joli sur un visage ovale (comme celui de ma copine Caro) que sur une tête ronde (comme bibi)

Son petit + : il se porte aussi bien sur l’endroit que sur l’envers (je préfère l’endroit quand même)

Fil utilisé :
BabyAlpaca Silk, coloris 1760
167 mètres – 62 grammes
Aiguilles : 3,5 mm
Pour acheter le patron, cliquer ici

A très vite pour un compte-rendu du Festival Le Lot et la laine 2017 et le détail de mes achats (paraît qu’il ne faut pas avoir honte :p )

 

 

 

Publié dans L'Art et la Manière, Mix, Tricot | Tagué , , , , , , | 5 commentaires

Madame G

Depuis mon coup de coeur pour le pull Gretel, tricoté pour ma nièce en 2015 (voir ici), je rêvais d’une version adulte pour bibi.

Je trouvais que le modèle Herbarium de Ncl knits présentait la même construction et je m’apprétais à l’adapter avec le motif de Gretel, lorsque la designer a publié la version adulte du pull : du tout cuit, plus qu’à mettre sur les aiguilles !

J’ai réalisé mon échantillon dans un fil single Fino Simple de Julie Asselin :

Fino Simple

DÉLICATE + RESPLENDISSANTE

75% Merino / 15% Cachemire / 10% Soie

Tentant, non ?
Le coloris est poivre, et effectivement, je ne trouve pas d’autres mots pour le décrire. Des touches de gris foncé, de beige, de violine. Magnifique mais très difficile à décrire.

Pull Madame G

Mon échantillon étant un peu plus petit que prévu, j’ai décidé de tricoter la taille S pour obtenir un XS, avec un peu la boule au ventre face à tant d’audace 🙂

Comme on commence le pull par le bas, c’est difficile de juger la taille car on ne peut pas essayer : je me suis donc fiée aux mesures du vêtement fini indiquées sur le patron.

Détail point fantaisie

Je trouve la taille parfaite et pour une fois, je me suis forcée à faire des manches bien longues.

J’ai utilisé deux écheveaux et le tout début du troisième. Il me reste donc 360 mètres à utiliser dans un châle ou un pull à rayures.

J’adore le porter, c’est doux. Le fil ne fait pas de bouloche mais possède l’aspect pelucheux des fils non retordus.

Modèle : patron Madame G de Nclknits
Fil : Fino Simple de Julie Asselin, coloris Poivre – 735 mètres
Aiguilles : 4 mm
Taille : Small (pour obtenir les dimensions de l’extrasmall)

Publié dans Made in..., Mix, Tricot | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Le Kobuk des 30 ans

Attention, je vous présente un modèle tricoté, porté et perdu !
Pour les 30 ans d’une amie, j’ai voulu utiliser un fil qu’elle aimait particulièrement et j’ai espionné ses projets adorés dans sa liste sur Ravelry (impossible de quitter cette secte).

J’ai choisi le bonnet Kobuk, sorti en décembre dernier et créé par la designer Caitlin Hunter : son joli motif sur le tour de tête et ses noppes m’ont plu tout de suite.

J’ai utilisé le fil Felted Tweed de chez Rowan, associé à un très fin fil gris de mohair : personnellement, je n’aime pas tricoter le mohair, mais je dois reconnaître que le fil apporte une douceur exceptionnelle au tricot, c’est très agréable.

Le patron est très bien expliqué et accessible, il suffit de suivre le diagramme 🙂

Ces images respirent la douceur, non ?
J’ai réalisé la taille S/M et je le trouve un peu grand ; à refaire, je réduirais un peu la hauteur , ainsi que le diamètre de mon aiguille d’une demi-taille.

Je l’ai habillé d’un joli pompon en bêbête poilue, amovible : brillante idée du magasin KANUK, le pompon est cousu à un lacet !

Et voilà !

Modèle : Kobuk, de Caitlin Hunter – En vente ici
Fil : Felted Tweed de chez Rowan, coloris Clay (une merveille de gris clair avec des tâches bleu et noires)  + Kidest de chez Textiles de la Marque, coloris Gris (46)
Métrage : 91 mètres (Rowan) + 209 mètres (Textiles de la Marque)
Aiguilles : 3,5 et 4 mm

Publié dans Made in..., Mix, Tricot | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires