Mademoiselle Marthe

Ces derniers temps, j’ai été un peu moins motivée par mes projets tricots et plus attirée par la machine à coudre. Ma nouvelle chaise rétro-confortable trouvée dans une ruelle de Montréal ainsi que la surjeteuse y sont probablement pour quelque chose ! Cette semaine, j’ai aussi dégotée une nouvelle copine près de chez moi ! Elle devrait me permettre de présenter un peu mieux les futurs ouvrages 🙂

Mon p'tit coin préféré

Mon p’tit coin préféré

Je me suis donc lancée il y a un mois dans la blouse Marthe, un classique de République du Chiffon. Comme tout le monde, je la trouve extra-large, mais j’ai voulu tenter une toile, surtout pour m’exercer dans un premier temps à choisir la bonne taille, adapter le patron, voir la quantité de tissu nécessaire, etc. J’ai aussi été très motivée par les podcasts tricot que je regarde en ce moment. ça donne la fièvre de commencer plein de projets…

Première étape :  imprimer le patron, que j’ai reçu en PDF. Une aventure ! À Montréal, ce n’est pas tant l’assemblage et le découpage le plus pénible… C’est de réussir à imprimer sur du papier A4 ! Suite à quelques impressions ratées d’autres patrons, j’ai voulu faire ça bien et ai commandé l’impression à un magasin de reproduction. L’impression était donc à la bonne échelle – les vendeurs m’ont expliqué qu’ils imprimaient sur de plus grands formats et le découpaient au format A4 (pourquoi faire simple…)

Seconde étape : assemblage et découpage, juste un jeu de patience. Le plus difficile était de choisir la bonne taille, car mes mesures correspondaient à plusieurs tailles différentes (et c’est actuellement très faussé pour cause de très gros ventre). J’ai donc fait une première découpe des tailles 36 et 38 en laissant de la place pour les marges de couture. J’ai ensuite assemblé le patron papier en 36 et l’ai essayé sur moi (la partie haute et la manche), ce qui semblait parfait. J’ai donc tracé le patron final avec marges de couture et c’est parti.

Troisième étape : découpe du tissu et assemblage. J’ai pris dans mon stock un plumetis beige (c’est beau certes, et cela tombait plutôt bien, car c’est le seul tissu que j’avais en quantité suffisante). Le patron se compose de peu de morceaux et les premières coutures se font rapidement. En quelques heures, la blouse est montée avec les manches et la partie froncée.

Avant repassage et finitions...

Avant repassage et finitions…

Quatrième étape : les finitions. J’ai tout surjeté à l’intérieur, bien repassé. J’ai surpiqué au fil doré dans le dos uniquement. Pour la bande de finition, j’ai posé un ruban de dentelle sur le tissu pour une fermeture à nouer dans le dos. Le rendu est très joli. Pour une toile, c’est tout à fait possible de la porter tous les jours.

Galon dentelle pour fermer le dos

Galon dentelle pour fermer le dos

Surpiqûre au fil doré dans le dos

Surpiqûre au fil doré dans le dos

Devant

Devant

Comme je ne peux pas vraiment la mettre pour le moment, difficile de vous présenter une photo portée. Je rentre dedans, mais je ressemble à un gros sac à patates… en plumetis, certes.
Je suis certaine de la refaire dans ce vieux drap beau coupon, avec des manches courtes et quelques centimètres de largeur en moins dans le bas.

image

Prochaine étape, la robe Opale, sur laquelle j’ai jeté mon dévolu ! La blouse Areli me fait aussi de l’œil… A suivre !

Publicités
Cet article, publié dans Couture, L'Art et la Manière, Made in..., Méli-Mélo..., Tricot, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Mademoiselle Marthe

  1. Elle est très jolie en plumetis !!! C’est très sympa !!! Et bravo pour la débrouille de l’impression du patron !!!

  2. Perrinpimpim dit :

    Mais mais c est qui cette mégère blanche de la rue qui me pique mon rôle de modèle 36 !!! Sans rire elle est très belle ! Si jamais tu cherches à en faire don …

  3. L'habitante dit :

    Je n’aurais qu’une chose à dire double félicitations!! : les premières pour la blouse car je serai bien incapable de ne serait ce que faire une manche, les deuxièmes pour le gros bidon, qui je suppose n’est pas dû à une crise d’aérophagie aigüe ; -)

    • Caroline dit :

      Merci 🙂 Je devrais retrouver ma taille de bourdon après les premières tempêtes de neige.
      Ce sont des manches raglan, sans fronces, bref, vas-y fonce !

  4. Ping : Où il est question de commande spéciale | De Mailles et de Mots…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s